Deliciously Evil :: Administration :: Personnages :: Fiches en cours

Présentation Edaëth - "Isotop au top baby~" [Terminer]
Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race du personnage : Démon
MessageSujet: Présentation Edaëth - "Isotop au top baby~" [Terminer] Jeu 15 Nov - 0:15


AVATAR

Votre personnage


Avatar : Akali "KDA style" de League of Legend
DC ou TC ? : 1er compte
Âge : 26 ans
Orientation sexuelle : Libre
Race : Démon
Groupe : Maître
Métier : Danseuse en boîte


Parlez donc un peu de vous

Code du règlement: Le cheval à bascule.
Âge : 26 ans
J'ai signé le règlement : Après validation
Une dernière volonté? : Je t'aime !


PHYSIQUE
Edaëth est avant d’être un démon, une femme jeune et séduisante devant la plupart. Mesurant un mètre soixante-dix et pesant un petit soixante kilos tout mouillé, elle ne paye pas de mine et son physique, du moins ses proportions, restent dans la normale. Pas de poitrine horripilante ou de fesses démesurées, au grand malheur de notre protagoniste. D’ailleurs, celle-ci crie souvent au scandale quand elle voit les bonnets de ses comparses ! Mais ça disons que c’est un autre sujet plutôt ... Délicat. Non, Edaëth reste plutôt terre-à-terre dans ses traits et sa manière d’être devant la plupart des gens. Cependant, là ou la normalité semble trouver ses marques, l’extravagance, elle, se plaît à apparaître allégrement dans l’ombre, subrepticement, telle une silhouette derrière son monolithe. Effectivement, notre jeune femme, telle une peinture élusive, cache dans son sillage, le monstre et son songe. Disposant de deux facettes d’elle, Edaëth reste difficile à cernée aux premiers abords.

Premièrement, le jour, notre jeune femme est pour ainsi dire, plutôt « normale ». Oui, elle est habillée de vêtements plutôt extravagants, affichant une certaine appartenance a un mix de styles oscillant entre Emo-punk-retro… Mais là n’est pas le problème. Souvent pourvue d’un crop-top sportswear et d’une petite veste doudoune dénuée d’inscription, ou encore d’un leggings noir et de baskets montantes faisant pâlir les fans de skate et hip-hop, elle reste plutôt « passe-partout »  et passe le plus souvent pour une extravagante fan de soirées fluo. Mais à en faire mentir le plus fervent investigateur, la nuit ... Le monstre sort de son lit.

C’est là alors, dans le noir le plus total, au détour d’une ruelle ou au fin-fond d’une cave, que la couleur se ravive et s’affiche à l’œil humain. Là, le monstre laisse apparaître ses vraies couleurs. Généralement trahis par la lumière noire ou par les spectres d’activations propres à la phosphorescence ou la fluorescence, Edaëth choisis tout de même généralement le moment et l’endroit ou elle trahis sa véritable nature. Celle-ci arbore alors à ce moment-là, des couleurs vives et éclatantes passant du rose, au cyan ou au blanc immaculé. Ses yeux d’un naturel marron, laissent place à des pupilles jaunâtres proches de celles du chat et son maquillage bariolé apparaît. Ses cheveux eux aussi, normalement brun, deviennent rose flashy et des tatouages, semblant être dessiné à la bombe aérographe et bien entendu invisible la plupart du temps, apparaissent. Même ses vêtements changent de couleur ou affiches des figures et formes alors encore invisible quelques instants plus tôt. Tel un caméléon, elle change de peau, mais non pas pour se cacher cette fois, ... Bien au contraire.

Pour finir et pour confirmer ce qui à déjà était dis plus tôt, notre démon passe le plus clair du temps pour une délurée, une excentrique dénuée de style qui lui est propre, ou clairement en avance sur son temps. Là ou les fans de rigueur et de stéréotype se plaisent, Edaëth frappes du pieds et casse les idées reçues. Elle n’inspire pas réellement confiance à qui que ce soit et elle le sait, mais qu’à cela ne tienne, elle arrive à trouver son public chez les plus jeunes et cela l’arrange. Ils ne posent pas trop de questions, ne se targuent par d’une hégémonie spirituelle ou idéologique et la laissent faire ce qu’elle veut quand elle le veut. Puis… Leurs esprits sont si facilement falsifiables. Autrement, ceux qui la côtoient plus souvent savent d’elle que c’est une personne plutôt brumeuse et difficile à cernés. Comme voulant perpétuellement rester insondable, elle ne se lie d’amitié que pour l’usage et ne perd généralement pas de temps avec les niaiseries ou histoires alambiqués. Avec elle, c’est soit sa passe directe, soit sa passe pas du tout !  


CARACTERE
Aux premiers abords, Edaëth appartient à ce genre de personne, plutôt délurée qui amuse le groupe et affiche perpétuellement une fougue sans pareil. Telle une pile qui se recharge aussitôt vide, elle part et repart de plus belle sans jamais s’arrêter. Souriante, affable et un brin délurée, elle affiche un amour de vivre débordant. Son timbre de voix lui aussi est d’un naturel joyeux et plutôt variable, comme poussé à l’extrême pour appuyer chaque situation. Une véritable caricature d’elle-même ! Cependant, derrière cette facette de jeune fille en pleine crise d’adolescence avec le cœur sur la main et la main tournée vers l’autre, se cache en réalité, un gouffre d’une profondeur et d’une froideur sans pareil.

Comportement proche de celui d’un sociopathe, Edaëth est en fait un miroir à deux facettes. La première, le masque, sert ses nécessités de tout les jours ou pour asseoir simplement son statut dans la vie quotidienne, mais l’image réelle elle, cache un désintérêt pour toutes les choses qui croise sa route... Comme maudit de ne jamais pouvoir ressentir du plaisir ou de l’éveil pour quelque chose, elle se détache avec une facilité déconcertante de tout ! Même au-delà de ça, notre démon n’a d’attrait que celui de voir souffrir ceux qu’elle côtoie ou croise simplement. Torturé et tourmenté sont ses vises les plus précieux et se jouer de quiconque est la seule saveur qu’elle peut encore ressentir. Bien sûr, les autres pêchés lui sont aussi communs... mais il faut dire que voir pleurer sa victime n’a pas de prix pour elle.

D’une réelle perfidie, son comportement derrière le masque, traduit alors une méchanceté profonde et sans bornes. Elle ne recule devant rien pour se jouer de ceux qui la titillent de trop prêt et si bien entendu, elle peut par la pareille, pourvoir à une hausse de son estime personnelle, c’est banco ! Il faut dire que pour elle ses ambitions se résument à un : faire le plus de mal et de deux : être aimé le plus possible. Pour elle, l’amour-propre est comme une deuxième peau et la flatterie une juste récompense. D’ailleurs est ici son plus grand défaut : elle ne recule devant rien pour être reconnue et c’est là que sa pêche… Certains savent maintenant que pour l’avoir dans la poche, il suffit de lui faire maronner la célébrité et l’admiration chez le plus grand nombre. Mais bon… Qui jetterais la pierre à une ados en manque d’amour hein ?

Autrement, notre démon est aussi une jeune fille. À ses heures perdues, elle rêve de pas mal de choses, plus ou moins futiles et abstraites. Mais il est facile de lui reconnaître une profonde mélancolie. Comme bercée de rêves d’un autre temps, elle semble rechercher un passé oublié depuis longtemps et il est naturel de la voir disparaître ou ce muée dans un silence absolument des jours durant. Bah… Comportement typique une nouvelle fois d’un sociopathe ou encore d’une lunatique à l’extrême. Après tout, être un être supérieur ne fait pas d’elle un surhomme pour autant, héhé !

Ho, dernière chose soit dits en passant ! Edaëth est une fan inconsidérée d'humour noir et de cynisme. Son scepticisme n'a d'égale que le plaisir que lui procure le visage de celui qu'elle contrarie. Elle choque, rentre dedans et fait tout pour faire parler d'elle. Souvent en mal d'ailleurs... C'est une emmerdeuse et elle l'assume quoi !


POUVOIR
Rapport du Docteur Spendast - 14 Janvier 2300 - SSA State Of America - University of Columbia:

L'entité surnommer "Edaëth" disposerait de la capacité primaire de secréter à désir, généralement par voix cutanée, mais surtout buccale, une substance aux propriétés étonnantes. Principalement corrosive, celle-ci est avant tout dangereuse pour les chaires et les muqueuses humaines. Toutes personnes ou organisme en contacte direct et prolongés avec cette dite substance, verra naître chez lui, maux de tête, vomissements, mal être profond, et morte clinique dans d'atroce souffrance pour les plus faibles. En généralité, celle-ci ne serait réellement dangereuse que pour entité organique (humaine ou hybride) immunodépressive ou faible de nature. Autrement, un contact direct et prolongé (soit plus d'une heure par contact cutané) n'engendrerait que les trois premiers symptômes, voir d'autres non-cité suivant la concordance immunitaire. Ne laissant généralement aucune plaie visible, il a était cependant reconnue que la douleur et le sentiment qui s'en dégager serait similaire à celui d'une brûlure profonde et continue.  

Lors d'études sur le cas, la substance retrouvée sur les différentes victimes reconnues fut les mêmes : la substance, aussi appelée "Fluo", comprenait un haut taux de phosphore blanc, mais aussi d'autre agents pathogènes similaire à des composés altérer d'isotope pur et de fluorite, d'où son présent surnom.

Un composite proche de celui-ci à aussi était découvert, mais à plus petite dose. Son taux d'agent pathogène étant infime, il serait alors utilisé à des fins de tortures ou autre. Il générerait chez son porteur : douleurs plus ou moins vive, hallucinations et combustion spontané à certains endroit du corps.

Fait remarquable cependant : la présence de ces dites substances serait invisible à l'œil nu et donc très dangereux pour l'être humain. Cependant, ayant la capacité d'emmagasiner la lumière pour la redistribuer plus tard à souhait, celle-ci répondrait activement la nuit durant, auprès de lumière noire et autre spectre lumineux très bas. Elles engendreraient alors l'apparition de ces substances sur les parois et toutes autres éléments rentrer en contact avec elle par des couleurs dites "flashy" aux propriétés phosphorescentes et fluorescentes étonnantes. L'effet inverse fait que, sans lumière emmagasinée par la dite substance ou après une durée équivalente à une heure, celle-ci ne soit plus dangereuse. Il semblerait que pour être dangereuse, elle doivent capturer l'énergie lumineuse pour activer ses agents pathogènes.

L'individu originel, lui, ne serait pas sensible à celle-ci et s'en badigeonnerait allègrement afin de se jouer de leurs propriétés afin de dessiner ou représenter des figures et formes encore resté inconnues pour le service d'étude. Il semblerait juste que la sécrétion soit inéluctable, ce qui justifierais le port quasi-permanent d'un masque sur la bouche du porteur pour éviter toutes perte non contrôler. La perte continue à était calculer à plus ou moins 1 litre de sécrétion toutes les cinq heures. La sécrétion est aussi plus active la nuit tomber, mais sans pour autant excéder les 2 litres cette fois-ci. La plus grande prudence est de mise avec cet individu et tout symptômes correspondant aux dites informations devra s'en suivre d'une mise en quarantaine et procédures médical adapter.


HISTOIRE
D’aussi loin que ce rappel, notre jeune fille, la vie n’était pas aussi rose que beaucoup pense le dire. Elle, elle ne se souvient que de la noirceur et le froid. La noirceur des esprits obtus qu’elle côtoyée, de manière volontaire ou pas et qui, incapable de la comprendre, la fatiguée et la força avec le temps, à faire des efforts qu’elle ne voulait pas faire. Et le froid d’une vie solitaire et recluse, loin des gens et de tout échange social qui, inlassablement, la mettait en difficulté. Oui, très jeune, déjà, Edaëth, de son petit nom Élodie, avait des difficultés avec les relations sociales et les interactions avec autrui. Ce qui, au départ, fut désigné comme un simple retard de croissance, devint bien vite en réalité, une inaptitude avérer à supporter et aimer quiconque la côtoyant. Profonde asociale dans l’âme, l’enfant grandit tout de même avec ce fardeau qu’elle ne comprenait pas et qui la faisait s’enfoncer de plus en plus dans la solitude et la tristesse.

L’adolescence arrivant alors, l’enfant vu sa manière d’être drastiquement changé. Elle qui de nature était plutôt calme et posée, devint bien vite violente et grossière comme pour enfin afficher au monde, son mal-être. Devenant pour ainsi dire une « sale gamine », elle qui ne s’était jamais permis de traîner avec des personnes de son âge, ne faisait plus que ça. Passant le plus clair de ses journées enfermé dans sa chambre pour n’en sortir que le soir venant et réapparaître qu’aux aurores suivantes, elle se déscolarisera rapidement et ne traîna plus chez ses « parents ». Les dis « parents » d’ailleurs eux, restèrent impuissant devant pareil changement. L’ayant adopté dans un orphelinat aujourd’hui rasé par un feu d’origine inconnue, ils n’eurent comme réelle solution que de la laisser faire en espérant la voir un jour, revenir à la normal. Regrettant la période avant son adolescence et se positionnant comme premier responsable de son chamboulement pour ne pas l’avoir assez prise en charge, ceux-ci tentèrent mille et une technique pour réussir à la canaliser. Mais sans résultats…

Le temps passant, les tentatives n’eurent pour effet que d’accentuer l’aigreur de l’enfant et de la rendre de plus en plus incontrôlable. D’ailleurs, il fut remarqué bien vite que les parents adoptifs commencèrent à s’opposer à notre protagoniste que quand, celle-ci commença à réellement dégénérer. Allant jusqu’à rejoindre des groupuscules extrémistes violent et passant le plus clair de son temps à trafiquer, comploter et mettre à mal des petits délinquants du quartier, mais aussi de simples citoyens sans histoire. Là, ceux-ci baissèrent simplement les bras et tentèrent d’alerter les autorités sur le comportement, longtemps tenu secret, de l’enfant.

Malheureusement, ils n’eurent pas le temps, car une nuit d’été banale leur ôta la vie aussi vite, qu’injustement. Un feu lui aussi d’origine inconnue, emporta leur maison familiale, ne laissant aux aurores, qu’un simple amas de débris et de poussières fumantes, résultat d’un combat acharné des pompiers et secours pendant une nuit beaucoup trop longue. Il ne restait plus rien de reconnaissable tant le feu avait était violent et brusque. Les unités de la police scientifique enquêtèrent sur cet accident et conclurent bien vite à un accident domestique ayant conduit à la disparition à une famille entière, comprenant le père, la mère et la fille. Cependant, plus de deux mois après la catastrophe, ceux-ci découvrirent sur le peu de paroi encore debout, une étrange substance n’ayant pas sa place sur les lieux. Un bon pourcentage de « phosphore blanc » et autre compensé de réactifs fluorescent et phosphorescent fut retrouver sur les lieux et fut désigner comme cause criminelle de l’incendie meurtrier.

Plusieurs années plus tard, que fut l’étonnement des forces de police d’apprendre la réapparition de l’enfant morts avec ses parents dans le feu meurtrier. Cependant, sans jamais pouvoir prouver l’identité de la dite personne, des recherches sur ses antécédents fut accomplis. Aucune information ne fut découverte sur elle, aucune trace d’état-civil, d’extrait de naissance ou papier administratifs d’appartenance à de quelconques études ou curriculum vitae. Comme un véritable fantôme, la jeune fille était inexistante. Au cours des mois qui s’en suivirent, il fut reconnu cependant qu’elle était alors une habituer des boites de nuits clandestines ou lieux de rendez-vous de certains groupes extrémistes. Cependant, sans jamais pouvoir avérer son appartenance, celle-ci fut perdue à de nombreuses reprises par les services de renseignements. Puis en début d’année plus aucune expertise ne fut amorcer. Les agents désignés sur l’affaire furent, soit déplacer de services, soit mis à pied. À en croire les chuchotements de couloir, un groupe interne au gouvernement et répondant au nom de « Furie » reprit l’affaire et plus rien n’en ressortie…

Aujourd’hui, plus beaucoup d’informations ne circule sur la dite « Elodie » et peut de personne semble connaître son existence. Il a seulement était entendu dire que, au travers de groupes extrémistes d’extrême droite, ou groupe de rue aux activités douteuses , une dite Edaëth, agirait de manière plutôt drastique. Œuvrant en leurs seins pour parfaire ses ambitions, mais aussi justifier ses délires et envies sadiques, elle aurait était vite reconnue comme l’une des entités les plus surveiller de la ville de Columbia. Seule une question persiste cependant : quelles sont ses véritables intentions : désir profond d'envoyer les choses en l'air ou simple couverture pour atteindre de plus noirs desseins ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Race du personnage : Démon
MessageSujet: Re: Présentation Edaëth - "Isotop au top baby~" [Terminer] Sam 17 Nov - 14:33
Bonjour à tous.

Après mure réflexion et vue le nombre de postulats pour le groupe rebelle, j'ai décidé de viser le statut de maître(sse). Aussi, ma fiche est à disposition des modérateurs.

Respectueusement,
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Présentation Edaëth - "Isotop au top baby~" [Terminer] Lun 19 Nov - 14:51


Validation

Félicitation, tu es validé(e). Tu fais partie du groupe des maîtres !

Tu peux faire ta demande de maître ou esclave, lieux, métiers et RPs ICI
Amuses toi bien!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Présentation Edaëth - "Isotop au top baby~" [Terminer]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Deliciously Evil :: Administration :: Personnages :: Fiches en cours